«Naïa la sorcière au cœur d’un roman jeunesse», Ouest-France

«Naïa la sorcière au cœur d’un roman jeunesse», Christine Baucherel, Ouest-France, 5 octobre 2016

Dans « Babou a disparu ! », Marilyse Leroux fait revivre un personnage légendaire de Rochefort-en-Terre. On suit les aventures de Petit Pierre, à la recherche de son chien.
Photo Christine Baucherel - OF
Photo Christine Baucherel – OF

« Rochefort-en-Terre possède un fort pouvoir narratif : des recoins, des petites rues, un puits… Tous les éléments y sont ! », s’exclame Marilyse Leroux. C’est là que l’auteur, de Sulniac, situe l’histoire de son dernier ouvrage, Babou a disparu.

Ce roman jeunesse raconte l’aventure de Petit Pierre, Rochefortais de 8 ans, qui recherche son chien, Babou. Ses pas vont le mener dans ceux de Naïa, la sorcière.

Ce personnage est inspiré de la réalité. C’était une femme sans âge et sans domicile qui rôdait auprès des ruines du château. « Les gens avaient peur d’elle. Ils lui prêtaient des pouvoirs maléfiques, un don d’ubiquité, explique l’auteure. J’ai découvert l’histoire grâce au livre de Charles Géniaux, Naïa la sorcière de Rochefort-en-Terre, paru en décembre 2015. Il l’a rencontrée à la fin du XIXe siècle et l’a photographiée. »

Avec l’éditeur, Stéphane Batigne, l’idée naît de retrouver le personnage. Babou a disparu ! vient de sortir. Marilyse Leroux a retrouvé ses 8 ans et raconte l’histoire du point de vue de Petit Pierre.

Vivant, le récit souffre de quelques longueurs mais maintient le suspense. On s’inquiète avec le jeune héros de ce qu’est devenu Babou, on sursaute près du lavoir lorsqu’il rencontre Naïa pour la première fois, on espère avec lui.

Parcours initiatique

Petit Pierre vit un parcours initiatique parsemé d’épreuves, qui l’amène à découvrir Gnami, « cette force intérieure à laquelle il faut croire malgré toutes les difficultés de la vie. Il faut lui faire confiance et lui permettre de s’exprimer ».

Comme un leitmotiv, Naïa ne cesse de répéter « patience et confiance » à Petit Pierre. Un message auquel tient l’ancienne professeure de français. « Il faut faire confiance au pouvoir que chacun porte en soi. La grande aventure de la vie, c’est la liberté de se retrouver et de réaliser ce qu’on veut ».

La poète imagine déjà de nouvelles aventures avec Naïa la sorcière, source intarissable d’inspiration, d’autant que « les gens la croyaient immortelle ». Et partage la sortie, ce mois-ci, de Babou a disparu ! aux salons de Guérande et Riantec fin novembre, Carhaix fin octobre. Le livre est destiné aux 8-10 ans.