«Stéphane Batigne: Enraciner la mémoire» (Le Télégramme)

«Stéphane Batigne: Enraciner la mémoire» (Le Télégramme, 8 juillet 2017)

Pour certains, ce sera un livre de l’été avec un point de vue différent sur la région qu’ils visitent. Pour les autres, ce sera une trace de leur passé qu’ils ne connaissent pas toujours.

Depuis qu’il est arrivé en Bretagne, Stéphane Batigne prend des notes sur les lieux qui l’entourent. Des lavoirs, des menhirs, les chapelles ou les forêts. Il vient d’en faire un livre. Alsacien d’origine, il a vécu son adolescence au Brésil et plusieurs années à Montréal. «Partout, je me suis intéressé aux gens, à ce qui fait la culture locale, à ses liens avec les lieux», raconte l’éditeur qui se fait cette fois également auteur.

Chênes guérisseurs et fontaines miraculeuses

«Au départ, j’ai collecté les souvenirs des anciens de Questembert: je trouvais intéressant de garder trace du basculement vers la modernité à l’après-guerre.» De discussion en discussion, il découvre finalement des chênes guérisseurs ou des fontaines miraculeuses… «Il y a ici une richesse de légendes et de croyances que je n’ai trouvée nulle part ailleurs. Elles sont encore vivaces, mais tendent à disparaître.» Alors, il note les histoires, se fait accompagner dans les lieux où elles s’enracinent, revient les photographier quand la lumière est plus belle. «Je l’ai d’abord fait au fil de l’eau, puis j’y ai travaillé assidûment pendant un an et demi.» L’ouvrage de Stéphane Batigne n’est pas un travail universitaire. Ce n’est pas non plus ce qu’on appelle dans le jargon des éditeurs un «beau livre». C’est une belle et bienveillante plongée des croyances préchrétiennes à quelques personnages ou pratiques du XXe siècle. «C’est une invitation à porter un regard curieux sur l’environnement de notre quotidien», résume l’auteur.

Lieux de légendes et de croyances – Pays de Questembert & Rochefort-en-Terre